Le secret le plus impossible à garder de toute l’histoire

Donc j’ai su que j’étais enceinte un vendredi. Pas n’importe lequel. Pour les 30 ans de mon amie Marie Line.

Le matin quand j’ai eu ma meilleure amie au téléphone et que je lui ai dit que j’étais enceinte le premier truc qu’elle m’a dit, juste après m’avoir défoncé le tympan avec ses cris de joie, c’est « mais tu vas pas à Aurillac ce soir? », « ben si », « COMMENT T’ES DANS LA MERDE! ».

Pour la petite histoire c’est à Aurillac que j’ai fait mes études (et par études je veux dire deux années de seconde et un apprentissage), c’est là que j’ai découvert ma passion pour la bringue et que j’ai développé ma résistance à l’alcool. Et oui, tenir la boisson est un sport de haut niveau et il faut de l’entrainement! J’en ai gardé plein de bons souvenirs mais surtout un super groupe de copines avec qui nous nous efforçons de maintenir ce niveau malgré les années qui passent.

Et oui avant d’être maman j’étais ce que l’on appelle une fêtarde invétérée. J’ai toujours été persuadée qu’aucune histoire drôle ne commence par « samedi soir j’ai bu un tilleul menthe », si j’avais déposé le brevet quand j’ai découvert le rosé pamplemousse avant qu’il ne soit à la mode je serais millionnaire, le verre de vin a longtemps été le prolongement naturel de mon bras droit en soirée et la cuite inopinée du mardi après midi était monnaie courante à la maison (on est travailleurs sociaux les gens, on a besoin de se détendre!).

Et ce rythme de vie m’allait très bien.

Sauf que j’avais pas mesuré à quel point j’allais galéré à cacher ma grossesse vu que peu de gens m’avaient vu avec un jus d’orange à la main passé 18h30 ces 12 dernières années.

Donc ce vendredi là, première épreuve, aller acheter 3 bouteilles de rosé (parce qu’on arrive pas chez les copines les mains vides) en sachant pertinemment qu’on en boira pas une. J’avoue, j’ai eu une petite larme au milieu du rayon de bouteilles.

Deuxième épreuve, trouver des subterfuges pour que mes copines pensent que je bois alors que pas du tout, j’étais persuadée que ça aller passer crême. Si je me souviens bien j’ai été grillée au bout de 18 minutes.

En arrivant chez elles j’ai dit que j’allais boire un café histoire « d’être en forme toute la nuit », elles ont rien dit. A la première tournée de vin blanc elles m’ont servi un grand verre, taille bocal de poisson, j’ai trempé mes lèvres en faisant semblant, au deuxième coup y’a eu trois paires d’yeux rivés sur moi et Lu qui s’est mise à crier « Mali pourquoi tu bois pas?! Mali pourquoi tu bois pas?! Mali pourquoi tu bois pas?! ».

Voilà voilà c’était foutu…

Je vous passe les détails de la dépression quand le père de Marie Line a sorti une collection de bouteilles de l’espace, quand tout le monde a trinqué au champagne contre ma flûte pleine de jus de fruits et quand j’ai bu une tisane alors que tout le monde finissait les fonds de bouteilles… Ceci dit ça a au moins permis un miracle, ce soir là j’ai été Sam pour la troisième fois en 12 ans de permis et Marie Line m’a laissé conduire sa voiture, c’est vous dire à quel point elle était déchirée, elle.

J’ai donc très vite compris que si je voulais cacher ma grossesse au moins jusqu’à l’échographie des trois mois j’allais devoir rester chez moi et éviter de voir du monde un maximum, comme j’attaquais à ce moment là un nouveau boulot ça n’a pas été si difficile que ça. Et comme le dit boulot était auprès d’enfants handicapés arrêter de boire n’a pas été difficile non plus! Contrairement au tabac. On y reviendra. Après je vais pas vous dire que ça a été facile tous les jours non plus, par exemple le jour où on l’a annoncé à mes beaux parents ils venaient de m’offrir un magnum de rosé. Bon ben j’étais dégoûtée mais le magnum de rosé est resté sur le buffet à me faire de l’œil pendant 9 mois et j’en suis pas morte.

En plus la grossesse m’a forcée à réaliser que, quand même, des fois, on est pas bien intelligent quand on est saoul (ha ben oui quand t’es la seule à jeun à une soirée t’as le temps de faire des études sociologiques et comportementalistes!) et j’ai appris à apprécier de me lever fraîche comme la rosée du matin tous les dimanches. Ça c’était positif.

Tout ça m’a quand même permis de me rendre compte de l’image que certaines personnes pouvaient avoir de moi. Quand j’ai annoncé ma grossesse à ma mère elle m’a quand même dit « ça te fera pas de mal d’être à la diète pendant 9 mois » et mon parrain m’a gentiment rappelé les chiffre du syndrome d’alcoolisation fœtale ces dernières années. Voilà voilà.

C’est donc là que j’ai aussi commencé à comprendre à quel point on infantilisait les femmes enceintes en se permettant de les traiter comme des ados qui ont fait une bêtise et qui ne savent pas ce qu’elles ne peuvent/doivent pas faire et le lot de sacrifices qu’une grossesse apporte (Oui je dis sacrifices! La fête, les sorties, les grasses matinées, la charcuterie, les voyages, la taille 38, les seins qui tiennent tout seuls, tout ça quoi!). Et croyez moi, supporter les réflexions, les anecdotes et les reproches semi déguisés de tout le monde serait vachement plus facile si on pouvait être bourrée! A bon entendeur.

Voilà, donc je présente mes excuses à tous les viticulteurs qui ont vu leur chiffre d’affaire baisser en flèche l’année dernière, promis, dès que j’ai fini d’allaiter je reviens, vous m’avez manqué! (second degrés s’il vous plaît, je suis maman, je sais, je vais pas me torcher comme à 20 ans avec un bébé à la maison, détendez vous!)

2 commentaires

  1. Je t aime ❤️
    Et je n étais pas si déchirée que ça je te prie ( enfin si , en fait , parce que je ne m en rappelle pas ) mais tu es tout de même une excellente conductrice , lente , mais excellente …
    Cela restera le plus beau souvenir de mes trente ans , mon plus beau cadeau…
    La nuit où nous avons appris l arrivée de la toute première descendance des copines , maxine, ton bébé, notre fierté !
    Et oui notre amie Mali est maman , ça n’en est pas moins une copine fantastique parce que non, tes neufs mois de sobriété n ont pas atteint notre capital amitié et tes nouvelles responsabilités ne nuiront jamais à ta funnitude et à tous l amour que l on te porte , avec ou sans alcool , à bon entendeur , bisous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s