Le grand déménagement

Alors oui je sais, j’ai pas été très assidue ces derniers temps mais bizarrement quand tout va bien c’est moins facile d’écrire. Surtout quand on écrit un blog sur les trucs qui vont pas…

Ceci dit, ne paniquez pas, il s’est passé beaucoup, BEAUCOUP, de choses ces dernières semaines, normalement je devrais pondre quelques articles bien costauds assez rapidement.

Donc cette semaine on a passé un grand cap, Maxine a emménagé dans sa chambre. Je pensais chanter des Alléluias et sabrer le champagne, mais en fait, et comme pour beaucoup des trucs que je pensais avant qu’elle débarque dans ma vie, pas du tout!

Pendant ma grossesse quand j’ai lu les recommandations où ils disaient que c’était bien de garder bébé dans la chambre des parents les 6 premiers mois j’ai pensé deux trucs: « putain c’est vachement long! » et « Arnaud va jamais vouloir. ».

En fait le jour même Arnaud avait lu les dites recommandations et m’a dit « 6 mois c’est bien, ça me va ».

De mon côté j’ai réalisé qu’il y avait bien 30 mètres entre la chambre de Maxine et la notre, incluant une porte de Hobbit et un escalier en colimaçon où il faut faire du limbo pour pas se manger la poutre, et je me suis dit que l’aller-retour plusieurs fois par nuit ça allait vite me gonfler. Et que j’aurais vite un trauma crânien.

Donc j’étais contente.

Et donc depuis 6 mois Maxine avait son berceau dans notre chambre.

Et sa chambre où elle faisait ses siestes. (Si tant est qu’on puisse qualifier 28 minutes de demi-sommeil de sieste. Mais passons.).

Il y a deux semaines, je ne sais pas pourquoi,mais j’ai très soudainement pensé que la chambre de Maxine n’était pas finie et qu’il fallait qu’elle y descende cette semaine et que du coup il fallait vraiment que je m’y mette.

J’ai réussi à convaincre Arnaud qu’un mur rose pale ce serait beau, j’ai été acheter de la peinture, une commode, des cadres à mettre au mur et je me suis attelée à la tâche.

Je pourrais presque faire un article complet sur les péripéties de la journée où j’ai repeint la chambre non seulement avec Maxine qui était pas du tout partenaire du projet mais en plus avec des pinceaux à dessin parce que nos rouleaux étaient trop larges pour les pots de peinture et que j’avais pas de vrai pinceau de la bonne taille pour peindre les plinthes. Autant vous dire que je m’y suis bien fait chier! Surtout quand il a fallu finir les plinthes avec Pepette dans le porte bébé. Je m’auto décerne une petite médaille dans la catégorie « travaux en conditions extrêmes ». Je vais peut-être même le rajouter à mon CV.

Quand la chambre a été rose pale et grise, que la commode a été montée, les licornes joliment disposées, le vieux fauteuil de mon arrière grand mère dans lequel j’allaite la nuit descendu, les guirlandes accrochées (les cadres sont encore posés par terre mais on va bientôt les fixer, c’est sûr.) j’ai dit à Arnaud « c’est bon, ce soir elle descend dans sa chambre », il a dit « OK ». Je me sentais sûre de moi. J’ai trouvé ça bizarre.

Plus la journée avançait moins j’étais sûre de mon truc. En plus Arnaud était du soir. Mon coach perso n’était pas là.

Le soir même on a gardé la même routine et j’ai allaité Maxine dans mon fauteuil. Mais dans sa chambre.

Après on a lu une histoire.

Après on a fait un câlin.

Après je lui ai redonné le sein un petit peu. Au cas où.

Après on a refait un câlin. Et puis encore un autre. Sur l’autre épaule.

Après je lui ai expliqué PENDANT DES PLOMBES pourquoi on la couchait là mais qu’il y avait le baby phone et que ça ne changeait rien, si elle nous appelait on viendrait. (Je précise que je lui avais DÉJÀ expliqué plusieurs fois dans la journée).

Je crois qu’elle en a eu marre, elle s’est endormie dans mes bras. Du coup je me suis dit qu’il faudrait que je la pose dans son lit.

J’ai cru que j’allais jamais y arriver. Je suis restée plantée devant le berceau avec mon bébé dans les bras hyper longtemps. Je lui reniflais le cou, je lui faisais des bisous, je la regardais comme si c’étais la dernière fois, je retenais mes larmes. Bon après comme elle fait quand même 7 kilos et que j’ai pas les bras de Thor j’ai fini par la coucher.

J’étais dans un état de tristesse de l’espace. J’avais l’impression qu’on m’arrachait une petite partie du ventre. Mais avec une grosse tronçonneuse. Ce qui est vraiment très bizarre parce que y’avait quand même une partie de moi qui attendait ce moment depuis très longtemps. Mon double maléfique sûrement.

Alors que je m’étais préparée psychologiquement (lisez « j’avais fumé un paquet de clopes et ouvert une bière ») à passer une soirée en enfer parce qu’elle ne voudrait pas rester dans son lit elle a pas bronché. Même pas un tout petit peu.

Et ça m’a trop fait chier. Moi j’étais triste et dépitée. Elle en avait rien à foutre.

Alors oui, je sais, c’est mieux pour elle. Mais merde, elle aurait pu pleurer au moins une ou deux fois! Pour marquer le coup. C’est pas comme si elle pleurait jamais ou que pour des trucs graves quand même! Hier elle a pleuré 5 minutes parce que je voulais pas qu’elle mange une plante verte! Et après elle a pleuré 8 minutes parce qu’elle trouvait plus Sophie la girafe qui était juste derrière elle, là où elle l’avait mise d’ailleurs. On peut parler de la logique de ma fille ou pas? Comment ça s’organise?

Bref.

Cette nuit là Maxine ne s’est réveillée qu’une seule fois. Et toutes les autres nuits après aussi. Et depuis, quand on la met à la sieste, elle pleure plus et elle dort plus de 28 minutes. Et paisiblement. Presque à chaque fois. Faut pas déconner non plus, ça reste ma fille, elle est pas hyper constante.

Si j’avais su je l’aurais descendue dans sa chambre plus tôt.

Mais je suis contente de pas l’avoir fait, quand même, parce que pour l’instant y’a encore son berceau dans notre chambre et à chaque fois que je passe à côté j’ai un petit pincement au cœur. Même si toutes ces nuits à me lever deux mille fois, tous les cododos, les tétées à n’en plus finir m’ont épuisée ce sont des moments que je ne retrouverais jamais. Et je suis contente de les avoir eu. Et j’espère m’en souvenir pour toujours.

Maxine ma chérie je suis un peu désolée pour toutes les fois où tu m’as rendue chèvre en amputant mes nuits de beaucoup trop d’heures de sommeil mais maintenant tu me manque un peu. Pas tout le temps mais des fois. Je suis hyper fière de tous les progrès que tu fais, et Dieu sait que sur le sommeil j’ai prié pour que tu progresses, mais souvent je trouve que tu progresses trop vite. Ou plus vite que moi en tout cas. Et puis je me dis que si tu as réussi à te détacher de moi la nuit aussi rapidement alors que j’ai ton garde manger dans le pyjama tu n’auras aucun problème à quitter la maison le matin de tes 18 ans et je n’arrive pas à l’imaginer. Je ne sais pas comment ma mère à moi a survécu quand à mes 19 ans je suis montée dans un avion pour l’Ecosse sans billet de retour et sans me retourner.

Enfin bref. Tout ça pour dire que contrairement à ce que je pensais c’était beaucoup plus dur que ce que je l’avais imaginé. Mais ça l’était surtout plus pour moi que pour elle. Mais je suis contente et je reste positive. Parce que faut pas déconner, l’amour maternel, l’attachement et l’amour surdimensionné c’est bien joli mais dormir 5 heures d’affilée, c’est vachement bien aussi.

2 commentaires

  1. Coucou, tu as bien de la chance d’avoir une fille coopérative du sommeil. 😊 J’en rêve depuis 17 mois de retrouver mon lit et de dormir 5h d’affilée 🤦‍♀️ C’etait Tellement insupportable de me lever toutes les 1h30 la nuit qu’on est à nouveau passer au cododo.. A un moment donné, mon corps et surtout mon bien être ne suit plus… Tu as bien fait d’attendre autant de temps je trouve parce que finalement elle a bien accepté vu qu’elle était prête… Mon fils je pense que je l’ai abandonné dans son lit trop tôt (2 mois) alors que ni lui et encore moins moi été prêt… Mais bon le regard des gens quand t’es fatiguée et surtout que tu ne t’y connais rien t’influence tellement… Fin bref il a 17 mois, il dort très bien la première partie de sa nuit seule dans son lit mais dès qu’arrive la deuxième partie de nuit, je ne sais pas ce qu’il se passe mais c’est hurlement & pleure.. Du coup rapatriement dans mon lit. 😅 Au début on dit que c’est les dents, puis après les terreurs nocturnes, mais au final à mon avis, il n’est tout simplement pas prêt..

    J'aime

    • Ha oui non mais attends, en fait il faut que je fasse une suite à cet article parce que dès que je l’ai publié elle a recommencé à se réveiller 4 fois par nuit 😭😭😭
      Là ça s’est un peu calmé, je me lève à peu près 2 fois par nuit, je mets un peu ça sur le compte des dents, on verra bien. Comme toi quand je suis trop fatiguée je la prends avec moi au lit, surtout quand il est 5h30 et que vraiment il est hors de question que j’attaque ma journée, j’arrive à la faire traîner jusqu’à 7h avec le pouvoir magique du néné qui dépasse du pyjama 😂 bref, les valises sous les yeux et la fatigue chronique sont toujours d’actualité 😴😴😴

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s