Adieu petite maison

Je suis encore à la bourre, et cette fois j’ai pas vraiment de bonne excuse, mis à part que je crapahute dans la forêt et que je kiffe la life. Donc si en fait, j’ai une bonne excuse.

Donc lundi dernier après un weekend de déménagement je suis partie faire le ménage de notre ancienne maison.

J’avais prévu une heure en me disant que la maison était petite et que j’avais passé le confinement à faire du ménage, je pensais même être large.

En fait un déménagement ça fait des dégâts.

Je me foutais le doigt dans l’œil jusqu’à la troisième phalange.

Après deux heures à briquer 80 mètres carrés et 5 allers-retours à la poubelle pour virer les dernières merdes et autres cartons qui traînaient (parce qu’en plus dans une fiat 500 tu rentres pas grand chose) j’ai passé une plombe à essayer de trouver notre chat qui avait refusé de déménager au moment prévu.

Je l’ai pas trouvé.

Je me suis dit que la nouvelle propriétaire l’attraperait et m’appellerait pour venir le chercher.

Au moment de fermer la porte pour la dernière fois de toute ma vie j’ai eu une vague d’émotions.

J’ai revu les trois mois de travaux, les après-midi à décoller du papier peint et à poncer de l’enduit avec les copains. Le jour où le mur de la salle de bain nous est resté dans les mains et qu’on s’est retrouvé avec la douche dans la cuisine. Le chantier en tenue de ski parce que c’était l’hiver. Les congés et tous les jours de repos qu’on y avait passé.

J’ai revu la première soirée dans notre premier chez nous quand tout a été fini, devant la cheminée, avec une bouteille de bubulles et un paquet de chips.

J’ai revu le talus en friche dont on a fait un jardin potable en un temps record. Toutes les poules (paix à leurs âmes) qu’on a eu et nos moutons.

J’ai repensé à toutes les bringues qu’on a fait dans ce salon, à toutes les fois où j’ai été faire pipi avec deux copines dans des toilettes de trois mètres carrés, à toutes les soirées avec des matelas partout dans le dressing, aux barbecues dans le jardin et autres « cuites inopinées du milieu de semaine parce qu’on est travailleurs sociaux et la plupart de nos potes aussi ». J’ai essayé de calculer combien de tonneaux de vin on avait bu ici. J’ai pas trouvé. Je suis nulle en maths.

J’ai revu la soirée où on a installé la moquette dans la chambre de notre futur bébé avec un tuto youtube et mon gros bidou. On avait vachement rigolé.

J’ai revu le jour où on a ramené Maxine de la maternité, où on lui a fait visiter la maison.

J’ai revu ses premiers pas entre la table de la cuisine et le milieu du salon.

J’ai revu la première fois où elle a monté les escaliers de la véranda.

J’ai eu une larmichette et je me suis assise sur les marches pour fumer une cigarette histoire de me remettre.

J’ai regardé la vue qui nous avait fait craquer le jour où on avait visité cette maison qui « payait vraiment pas de mine mais avait un fort potentiel ». Et qui était une des rares dans notre budget, il faut bien l’avouer.

Il était midi, il faisait hyper chaud, j’étais en nage (et ça n’avait rien à voir avec le ménage), je me suis dit que c’était tendu pour une fin de mois de mai.

J’entendais tous les bruits du village, la conversation des voisins d’en face sur leur terrasse, toutes les voitures de l’autre côté de la colline et même, en me concentrant bien, un petit peu l’autoroute. A midi et 4 minutes 20 voitures sont passées devant la maison à toute allure MALGRÉ LE PANNEAU « RALENTISSEZ POUR NOS ENFANTS » (putain mais les gens je vous jure!).

Je me suis souvenue de pourquoi on déménageait, j’ai éteint ma cigarette, j’ai ramassé mon sac à main et mon aspirateur, j’ai fermé la porte à clé, j’ai mis la clé dans la boite à lettres, je suis montée dans ma voiture et je suis partie vivre dans la forêt, sans me retourner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s