Quarantaine, jour 2

Ce matin j’ai été sortie du lit à 8h32 par la douce voix de ma fille qui chantait/criait « le petit moutooooooooon a son sac à dooooooooos ! ». (ça peut paraître farfelu dit comme ça, comme beaucoup des trucs que fait ma fille, mais en vrai ça a du sens. Sur les conseils de ma meilleure amie, qui a elle aussi un enfant « très du matin », on a acheté un petit réveil où quand c’est l’heure de dormir y’a un petit mouton dans son lit et quand elle peut se lever y’a un petit mouton qui se promène avec un sac à dos. En ce moment c’est les vacances on l’a réglé à 8h30. Meilleur conseil de maman de l’année, merci ma chérie !).

Arnaud était au boulot, on a déjeuné entre filles. (c’est à dire que je lui ai proposé l’intégralité du contenu de la cuisine, elle a dit non à tout et quand j’ai laissé mes tartines deux minutes sur la table elle les a dévoré en moins de temps qu’il me fallait pour presser une orange.). Du coup je me suis refait des tartines, elle a grimpé sur mes genoux et en a mangé la moitié. Des fois je me demande pourquoi mes jeans me sont trop grands, maintenant je sais, je suis victime de racket alimentaire.

Comme l’infirmière m’avait dit qu’on pouvait m’appeler à n’importe quel moment à partir de 10h on s’est préparé et comme j’avais bien dormi et que j’étais pleine de patience j’ai décidé qu’au lieu d’angoisser d’un éventuel caca nerveux au moment de partir, et du coup de lui transmettre mon angoisse, j’allais tout bien expliquer à Maxine.

J’ai passé 10 minutes à expliquer que quand le téléphone sonnerait il faudrait monter dans la voiture très vite pour que maman aille chez l’infirmière se faire tester avec un grand coton tige dans le nez pour savoir si elle avait le virus ou pas.

Quand j’ai terminé Maxine m’a dit « d’accord, on peut aller dehors ? ». J’ai pas su si elle avait compris ou si elle en avait rien à foutre.

Du coup on a été se promener dans le jardin.

C’est bien entendu quand Maxine a voulu faire pipi dans les toilettes sèches et que je la tenais pour pas qu’elle tombe dans le trou que mon téléphone a sonné.

Maxine est sortie des toilettes en courant vers la voiture en criant « maman va se faire testeeeeeeeeeeeeeeeeer ! ». Elle avait très bien compris, par contre j’étais encore en pantoufles.

Au cabinet infirmier elle m’a fait un bisou pour le courage et elle m’a dit qu’il fallait pas bouger et être courageuse.

Après elle a dit à l’infirmière que maman avait bien respecté les consignes et que sa mamie était infirmière psychiatrique avant. L’infirmière était morte de rire.

On est rentré à la maison, on a mangé, elle a été se coucher, j’en ai profité pour appeler mon chef.

C’est dommage, j’étais de bonne humeur.

Donc, en gros, je suis cas contact mais pas assez pour que la secu me mette en arrêt donc la journée de formation perdue d’hier sera déduite de mes heures de recup et si le test d’aujourd’hui est négatif je retourne bosser mardi sans être retestée.

Voilà voilà.

On se demande bien pourquoi on arrive pas à tordre cette pandémie dis donc !

Donc en vrai je suis pas vraiment en quarantaine mais comme je suis une citoyenne un peu consciencieuse je vais pas sortir de ma forêt avant mardi, on sait jamais.

Du coup je me suis défoulé sur le repassage.

Maxine s’est levée, on a lu des histoires, on a joué. Arnaud est rentré du boulot, on a goûté en famille. Il restait des crêpes, c’était top.

Après, pendant qu’ils faisaient un atelier pâte à modeler tous les deux , j’ai été ramasser du bois dans notre forêt. Parce qu’on en a presque plus, parce qu’il fait toujours un froid de connard et parce que je viens d’une culture où une forêt doit être « rangée ». (c’est à dire que toute ma vie j’ai entendu « je suis passé dans les bois de Machin, c’est pas entretenu, y’a des arbres tombés de partout c’est n’importe quoi » ou bien « Untel a pas refait sa clôture y’a que des vieux piquets, non mais franchement ! » ce qui fait que j’ai intégré très jeune qu’une parcelle pas entretenue c’est la honte sur la famille et comme je veux pas mettre mon grand père en colère, maintenant que j’ai une forêt je la range.).

Je vous dit pas la difficulté de ranger une forêt quand elle est toute en pente, que ça a pas été fait depuis des lunes et qu’en plus t’as de sérieux tocs. Si mes arbres pouvaient perdre leurs branches de manière un peu plus ordonnée ça m’arrangerait grandement. Mais bon. En une heure j’avais fait du bois pour deux jours de feu et j’avais sué l’équivalent de deux heures à la salle de sport (où je ne fous jamais les pieds mais c’est pour vous donner une idée).

On a préparé le repas en famille (c’est à dire que pendant qu’Arnaud et moi on cuisinait Maxine dansait dans la cuisine en nous imposant d’écouter « vive le vent » bien plus qu’humainement supportable. Je veux dire, on est en avril, on peut pas faire une pause dans les chansons de Noël ? Apparemment non.).

Après on a mangé et c’est entre le poulet roti et la compote que Maxine nous a expliqué en détails la catastrophe de Fukushima (sa nouvelle passion depuis un mois).

Très impressionnés qu’elle maîtrise les mots « tsunami », « séisme », « catastrophe nucléaire » « radiations » et « robots » mais aussi qu’elle sache nous dire où se trouve le Japon on était presque soulagés quand au bout de 10 minutes à expliquer son truc y’a deux fils qui se sont touchés dans son cerveau et que du coup l’histoire s’est transformée et c’était elle qui était sous l’eau et qui avait fait un tsunami avec son nez et elle avait surfé sur la vague avec sa « barbie pouf » (allez savoir comment elle s’est retrouvée là elle) … On était morts de rire.

Du coup pour finir le repas elle a voulu écouter un reportage sur Fukushima et après manger elle a regardé un « c’est pas sorcier » sur les tremblements de terre. Elle était au taquet ! (merci mon dieu, c’est pas demain la veille que pat’ patrouille et peppa pig entreront dans notre maison).

Je suis très fière de ma fille bien que légèrement inquiète, vu mon niveau scolaire personnel, qu’elle me dépasse vachement plus vite que prévu. J’arrive pas à comprendre comment on a réussi à pondre une enfant qui à deux ans et demi se passionne pour des sujets toujours innatendus et de manière très poussée (oui parce qu’on a déjà eu la vénus de milo, les statues de l’époque sumeriennes, la lune et les décollages de fusée ces 6 derniers mois) et qui explique les catastrophes nucléaires mieux qu’un candidat de télé-réalité moyen alors qu’il a eu une scolarité vachement plus longue que la sienne (même si elle a pas été très efficace vu que, bon, il fait de la télé-réalité).

Bref, je suis en quarantaine auto-stipulée, tout va bien et je vais profiter de ces quelques jours pour lire une encyclopédie. Au cas où.

Et vous, comment ça va ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s